Besoin d'aide ? 1 800 567-1465

Office des personnes handicapées du Québec

Vous êtes ici :
Conjuguer nos forces. Cyberbulletin Express-O.
Cyberbulletin officiel de l'Office des personnes handicapées du Québec

Express-O Volume 10, numéro 3 – SQPH 2016

MIEUX COMPRENDRE... EN 3 MINUTES

Chiens imposteurs et méconnaissance des chiens-guides et d’assistance

chien sans foulard assis à une table de restaurant.

Certaines personnes ne peuvent se passer de leur chien de compagnie. Ils l’amèneraient partout s’ils le pouvaient. Iraient–ils jusqu’à le déguiser en chien d’assistance pour l’emmener au restaurant? Certains pensent que oui… Or, prétendre que son animal de compagnie est un chien d’assistance dans le but d’obtenir une permission qui lui serait autrement refusée est une escroquerie.

L’Office des personnes handicapées du Québec s’est récemment penché sur le sujet, à la suite de plaintes. « Si un tel abus se répandait, cela poserait un problème sérieux, soutient madame Anne Hébert, directrice générale de l’Office. D’une part, les responsables de lieux publics pourraient voir le nombre de chiens augmenter dans leurs établissements. D’autre part, la réputation des chiens–guides ou d’assistance pourrait souffrir des mauvais comportements des chiens imposteurs. De fil en aiguille, le risque de discrimination à l’égard des utilisateurs pourrait augmenter et les écoles de dressage
de chiens–guides et d’assistance pourraient perdre leur crédibilité. »

Une main présente une carte d'identification canine.

Comment détecter un chien imposteur?

Le propriétaire d’un chien d’assistance a le droit d’avoir son chien avec lui dans les endroits publics, mais il a aussi le devoir de prouver que le chien a reçu un entraînement approprié. Ainsi, pour vérifier si l’animal est un vrai chien–guide ou d’assistance, il suffit de demander sa carte d’identité à son propriétaire. Cette carte contient le nom de l’école de dressage, le nom du propriétaire du chien et une photo de l’animal.

Un problème de méconnaissance

Heureusement, « selon les données dont nous disposons, ce phénomène ne serait pas si répandu, rassure madame Hébert. Par contre, plusieurs personnes handicapées nous ont rapporté s’être vues refuser l’accès en raison de leur chien–guide ou d’assistance. »

Outre la possibilité d’escroquerie, il semble y avoir aussi un problème de méconnaissance des différents rôles que peuvent tenir ces chiens, des droits de leur propriétaire et des obligations des organisations à leur égard.

Quelques effets bénéfiques reconnus d’un chien d’assistance et d’un chien-guide

  • Améliore la qualité de vie
  • Maintient l’équilibre psychologique
  • Brise l’isolement
  • Augmente le niveau de sécurité 
  • Facilite les déplacements
  • Avertit de signaux sonores
  • Contribue à accroître l’autonomie

La plupart des gens savent qu’une personne ayant une déficience visuelle a le droit d’amener son chien–guide partout où elle va, parce que celui–ci l’aide dans ses déplacements. Par contre, il est moins connu qu’une personne sourde ou un enfant ayant un trouble du spectre de l’autisme peut aussi bénéficier de la présence d’un chien d’assistance, et donc, du même droit. Et il est encore moins connu que les parents de cet enfant ont le droit d’amener le chien avec eux, sans la présence de l’enfant. Cela s’explique par le fait que les parents sont responsables de l'animal et du maintien de sa formation. Le Tribunal des droits de la personne s’est justement prononcé sur un tel cas l’automne dernier (voir un article à ce sujet dans l’Express-O du 3 décembre 2015Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.).

L’article ci–contre intitulé « Chien d’assistance : droits et obligations à connaître » donne plus de détails sur les droits des propriétaires de chien–guide ou d’assistance et sur les obligations à leur égard.

La Semaine québécoise des personnes handicapées est un bon moment pour sensibiliser les gens à l’effet que ces chiens sont indispensables à la participation sociale de certaines personnes handicapées.

Office des personnes handicapées du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2017 Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.