Besoin d'aide ? 1 800 567-1465
Aller au contenu Aller au menu principal Office des personnes handicapées du Québec.

Allocution de madame Anne Hébert, Directrice générale de l’Office

L’allocution prononcée fait foi.

Cocktail dînatoire de l’école d’été ABL 2017 – Mobilité en milieu urbain : une approche systémique axée sur la personne et son environnement

Université Laval
Le 4 juillet 2017

Monsieur Joël Solari, adjoint au maire de Bordeaux,

Monsieur Ernesto Morales, professeur adjoint au département de réadaptation de la faculté de médecine de l’Université Laval,

Chers invités,

Bonjour!

À titre de directrice générale de l’Office des personnes handicapées du Québec, je tiens à souligner que c’est un immense plaisir pour nous de soutenir cet événement et de vous adresser la parole ce soir, car si nous sommes tous réunis aujourd’hui, c’est que nous visons tous l’atteinte d’un même objectif : rendre la société et les villes plus inclusives.

En tant qu’organisme gouvernemental ayant pour mission d’accroître la participation sociale des personnes handicapées, nous partageons votre vision de créer des milieux de vie où chacun puisse réaliser ses activités de la vie quotidienne et ses rôles sociaux de façon similaire et autonome, et ce, peu importe ses caractéristiques personnelles. Et pour ce faire, il est primordial de créer des villes inclusives, qui tiennent compte des besoins de l’ensemble de la population, incluant ceux des personnes handicapées. Réduire les obstacles qui restreignent les déplacements de ces personnes est essentiel à bien des égards, ne serait-ce que pour leur permettre de travailler, faire leurs courses, se divertir…

Le Québec a adopté cette approche inclusive où ce n’est plus aux personnes handicapées à s’adapter à des environnements non conçus pour elles, mais bien à la société et aux villes de tenir compte des besoins de l’ensemble des citoyens qui les composent. Pour ce faire, le Québec s’est doté de lois et d’outils efficaces, dont les plans d’action annuels à l’égard des personnes handicapées. En effet, en 2004, le législateur confiait aux municipalités de 15 000 habitants et plus de même qu’aux ministères et organismes publics employant plus de 50 personnes la responsabilité de produire de tels plans d’action.

Au-delà d’une obligation légale, ces plans d’action se sont révélés un moyen privilégié pour identifier et réduire les obstacles que rencontrent les personnes handicapées dans leur quotidien. Pourquoi? Car ils permettent de se donner des objectifs clairs et précis à atteindre et de planifier des actions en ce sens.

Ils ont permis à des initiatives porteuses de voir le jour pour rendre les villes plus inclusives, que ce soit en améliorant l’accès aux édifices municipaux et aux activités récréatives et communautaires, ou en concevant des aménagements extérieurs sans obstacles et sécuritaires pour les déplacements et le transport de toute la population.

De notre côté, le rôle de l’Office est le suivant : veiller à ce que toutes les organisations assujetties à la production d'un plan d'action annuel à l'égard des personnes handicapées mettent en place une dynamique continue de production, de suivi et d’ajustement de leur plan d’action. L’Office analyse également l’ensemble des plans d’action produits par les municipalités et les ministères et organismes. Nous sommes ainsi en mesure de leur fournir une rétroaction en vue d’apporter en continu des améliorations aux mesures à prévoir.

Il importe également de souligner que contrairement aux bâtiments, il n’existe aucune règlementation ou norme provinciale visant à encadrer l’accessibilité des aménagements extérieurs : cet aspect est laissé à la discrétion de chacune des municipalités.

À cet égard, de nombreuses mesures visant à améliorer l’accessibilité des aménagements extérieurs ont été mises en place par les municipalités assujetties à la production d’un plan d’action annuel. En tout, de 2009 à 2013, 890 mesures ont été réalisées ou partiellement réalisées.

Toutefois, il reste encore de nombreux aménagements extérieurs qui ne sont pas accessibles. En effet, l’absence de réglementation et de normes pour la conception de ceux-ci peut occasionner une rupture dans la chaîne de déplacements des personnes handicapées. Par exemple, à quoi bon rendre un parc accessible, si le trottoir pour y accéder ne l’est pas? C’est pourquoi l’instauration de normes pour des parcours sans obstacles visant à diminuer ou à éliminer les obstacles rencontrés par les personnes handicapées lors de leurs déplacements d’un point A à un point B est essentielle pour que l’ensemble des citoyens puisse se déplacer de manière autonome et sécuritaire.

Devant un tel constat, l’Office a cru nécessaire de soutenir et d’encourager les municipalités à concevoir des aménagements extérieurs accessibles et sécuritaires. C’est ainsi que, dernièrement, l’Office a publié le recueil Vers des parcours sans obstacles : éléments à considérer pour favoriser l’accessibilité des espaces publics extérieurs. Comme son nom l’indique, cet ouvrage de références et d’informations fait ressortir les principaux éléments à prendre en considération pour aménager des parcours sans obstacles. Il vise à encourager les bonnes pratiques et à contribuer à la réalisation d’initiatives concrètes à portée inclusive qui pourront bénéficier à toute personne, quel que soit leur âge, type d’incapacité ou caractéristiques personnelles. Ce recueil, mis à la disposition des municipalités, est disponible sur le site Web de l’Office en plus d’avoir été transmis aux quelques 800 municipalités amies des aînés.

L’élaboration d’un tel recueil de références a été rendue possible grâce à un travail de concertation avec de nombreux partenaires. Évidemment, les contenus mis de l’avant dans ce recueil sont le fruit de travaux effectués par des chercheurs. En ce sens, les projets de recherche et d’expérimentation revêtent une importance capitale quant au développement et à la diffusion des connaissances en matière d’accessibilité. C’est grâce à ces projets que nous sommes en mesure de dégager de bonnes pratiques pour la conception de parcours sans obstacles et d’en évaluer les effets sur l’ensemble des citoyens.

Il est exaltant de voir des initiatives porteuses comme cette école d’été où des solutions novatrices sont étudiées et discutées pour créer des milieux de vie inclusifs, où chaque citoyen et citoyenne peut s’épanouir dans sa communauté.

Le partenariat entre l’Université Laval et de Bordeaux témoigne de la volonté du milieu universitaire à faire avancer cette importante question et d’élever le dialogue concernant la participation sociale des personnes handicapées à un niveau international.

La contribution de tous est primordiale, car c’est mutuellement, en misant sur le partage de nos connaissances et de nos rôles respectifs que nous pourrons bâtir des villes plus inclusives. L’Office vous assure de sa ferme intention de continuer à soutenir des initiatives et des recherches visant à accroître la participation sociale des personnes handicapées.

Pour terminer, je vous souhaite une bonne soirée, riche en échanges, et une dernière journée de conférences stimulantes.

Merci!

Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2019 Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.