Besoin d'aide ? 1 800 567-1465

Office des personnes handicapées du Québec

Vous êtes ici :
Conjuguer nos forces. Cyberbulletin Express-O.
Cyberbulletin officiel de l'Office des personnes handicapées du Québec

Express-O Volume 9, numéro 5 – 17 septembre 2015

RÉALISATION DIGNE DE MENTION

« Nous voyons maintenant les services municipaux s’engager davantage » - Marie Côté, Saint-Jean-sur-Richelieu

Les conseillères municipales Mélanie Dufresne et Patricia Poissant sont les élues responsables des questions relatives à la participation sociale des personnes handicapées à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

À Saint-Jean-sur-Richelieu, on met en œuvre cette année un onzième plan d’action annuel à l’égard des personnes handicapées. Cela représente plus d’une décennie d’expérience en réduction des obstacles à la participation sociale des personnes handicapées.

Depuis décembre 2005, le plan est porté par la même employée : madame Marie Côté, régisseuse communautaire, appuyée, depuis 2009, par madame Pascale Constant, contractuelle mandatée pour collaborer au développement de l’accessibilité. Ces années d’expérience ont mené les deux femmes à une conclusion : la responsabilité de la participation sociale des personnes handicapées doit être portée par tous les services municipaux. Il faut donc les former, les outiller et les appuyer.

Rencontre avec Marie Côté, responsable du plan d’action de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Express-O : Quelle est votre vision de la réduction des obstacles à la participation sociale des personnes handicapées?

Marie Côté : Nous cherchons non seulement à corriger des obstacles, mais aussi à prévenir l’apparition de nouveaux obstacles.

Notre approche vise à soutenir davantage les services municipaux pour qu’ils développent leur propre expertise en la matière et en viennent à intégrer cette préoccupation dans les opérations quotidiennes. C’est pourquoi, dans nos plans d’action, nous misons sur la sensibilisation et la formation du personnel.

De plus, nous voyons la réduction des obstacles à la participation sociale comme un travail de collaboration. Nous travaillons donc avec les intervenants des services municipaux concernés, les spécialistes des centres de réadaptation, les représentants d’organismes de personnes handicapées et des citoyens ayant des incapacités.

Express-O : Quelles structures avez–vous mises en place pour traduire cette vision?

Marie Côté : Nous avons d’abord mis sur pied un comité interne de coordination, incluant des représentants du conseil municipal et de la direction générale, afin d’assurer un meilleur engagement des services.

Nous avons ensuite mis en place une démarche d’analyse de l’accessibilité des bâtiments et des services qui y sont offerts. Avec la collaboration de la division bâtiments du Service des travaux publics, nous avons conçu une grille d’analyse sur la base d’un parcours sans obstacle et mis sur pied un comité de visite des bâtiments. Ce comité inclut notamment des personnes ayant différentes incapacités et des spécialistes des centres de réadaptation. Les obstacles relevés au cours des visites et les interventions proposées sont regroupés dans un tableau de suivi, lequel nous permet de choisir les mesures à inscrire dans le plan d’action annuel.

Express-O : Comment amenez–vous les employés à développer leur propre expertise?

Marie Côté : Par exemple, nous avons invité la professeure Julie Ruel de l’Université du Québec en Outaouais à venir donner une formation d’une journée sur la communication accessible. L’activité a été offerte à une trentaine d’employés de différents services municipaux en 2014. Un deuxième groupe a suivi la formation au printemps 2015, et un troisième la suivra cet automne.

Pour faire suite à la formation, nous avons mis sur pied un comité interne de la communication accessible. Ce comité a comme objectif de continuer d’alimenter les personnes qui ont suivi la formation afin d'intégrer dans les pratiques les notions apprises. Nous avons aussi produit une fiche–conseil que nous remettons aux employés formés. Bientôt, une chronique sur la communication accessible fera son apparition dans le bulletin interne.

Express-O : Voilà donc deux de vos outils : une fiche–conseil et une chronique dans le bulletin interne. Quels autres outils avez–vous développés pour appuyer les différents services municipaux?

Marie Côté : Nous travaillons sur différentes fiches de type aide–mémoire (fiche normative ou fiche–conseil) inspirées de ce que Victoriaville, Gatineau et Québec font. Chacune est élaborée en collaboration avec le service concerné.Pour le moment, une seule fiche est terminée. Elle porte sur les espaces de stationnement réservés aux personnes handicapées. D’autres fiches sont en cours d’élaboration : sur la signalisation temporaire, sur l’accueil et le service aux personnes handicapées et sur les arrêts d’autobus. Une autre fiche portera sur l’organisation d’événements. Celle–ci inclura aussi des conseils relatifs à l’écoresponsabilité et aux saines habitudes de vie.

Express-O : Après toutes ces années, quels fruits récoltez–vous aujourd’hui?

Marie Côté : Même s’il reste beaucoup de travail à faire pour accroître la participation sociale des personnes handicapées à Saint–Jean–sur–Richelieu, nous voyons maintenant les services municipaux prendre des initiatives et s’engager davantage à cet égard. Ils sont plus sensibles à la réalité des personnes handicapées. Ils en tiennent compte dans l’élaboration de leurs projets. Ils nous consultent davantage. Et c’est la même chose du côté des élus. Maintenant, quand nous leur présentons le nouveau plan d’action, nous n’avons plus à les convaincre du bien–fondé de la démarche. Ils comprennent mieux et sont favorables aux mesures visant le développement de l’accessibilité des services.

Office des personnes handicapées du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2017 Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.