Besoin d'aide ? 1 800 567-1465

Office des personnes handicapées du Québec

Favoriser l'accès à vos...

Rencontres de groupe

Pour une personne avec incapacité motrice

Avant la tenue de la rencontre

  • s’il est connu à l’avance qu’une personne ayant une incapacité motrice sera présente, communiquer avec elle pour connaître ses besoins particuliers;
  • considérer la disponibilité des services de transport adapté pour planifier les heures de début et de fin de la rencontre;
  • lui offrir de lui faire parvenir les documents à l’avance pour qu’elle puisse en prendre connaissance.

Vers le haut

Choix du lieu de la rencontre

  • s’assurer que l’immeuble est accessible;
  • s’assurer :
    • qu’il y a des places de stationnement réservées aux personnes handicapées situées près de l’entrée principale;
    • qu’elle peut accéder facilement à l’immeuble;
    • qu’il y a des salles de toilettes accessibles qui comprennent une aire de pivotement suffisante;
    • que la salle de rencontre est dégagée et assez grande pour que la personne en fauteuil roulant puisse se déplacer librement;
  • vérifier si :
    • l’ascenseur peut accueillir un fauteuil roulant permettant l’accès aux services sur plusieurs étages;
    • les lieux d’accès au téléphone ou à Internet sont à la bonne hauteur pour les personnes en fauteuil roulant et les personnes de petite taille;
  • prévoir une salle :
    • près des salles de toilettes accessibles et d’une fontaine d’eau;
    • avec un espace suffisant pour qu’un chien d’assistance puisse demeurer près d’elle et circuler aisément;
  • se renseigner sur l’accessibilité des restaurants locaux si les repas doivent être laissés au choix des participantes et des participants.

Savez-vous que?

Au Québec, il y a des lois et des codes à respecter pour que certains bâtiments soient accessibles aux personnes handicapées.

La Régie du bâtiment du Québec (RBQ) est responsable, dans une optique d’accessibilité aux bâtiments publics pour les personnes handicapées, de l’application des normes de conception sans obstacles. Elle intervient en vertu du Code de construction du Québec.

Les normes considèrent, entre autres :

  • les entrées d’un immeuble;
  • les parcours sans obstacles;
  • les aires de stationnement;
  • les salles de toilettes;
  • la signalisation;
  • les comptoirs.

Référence :(Voir DUPONT, Normes de conception sans obstacles : guide d’utilisation : Code de construction du Québec : chapitre 1- bâtiment, et Code national du bâtiment – Canada 2005 (modifié), 2010.)

Vers le haut

Arrivée sur les lieux de la rencontre

  • s’informer s’il existe un plan d’évacuation des lieux et informer le personnel de l’endroit de la présence d’une personne en fauteuil roulant;
  •  vérifier :
    • que les aires d’entrée soient libres d’objets encombrants et qu’elles soient dégagées s’il a neigé;
    • que les aires de circulation intérieures et les corridors pour accéder à la salle de rencontre soient libres de marchandises, de meubles ou de tout danger (par exemple, une flaque d’eau);
    • où se trouvent les salles de toilettes accessibles;
  • disposer la salle de façon à ce que la personne se déplaçant à l’aide d’un :
    • fauteuil roulant puisse circuler librement;
    • chien d’assistance puisse demeurer près de lui et circuler aisément avec ce dernier;
  • faire en sorte que l’espace sous les tables soit dégagé pour qu’un fauteuil roulant puisse y accéder.

Vers le haut

Arrivée de la personne

  • se présenter;
  • vérifier ses besoins et la façon de lui être utile (par exemple, enlever son manteau ou placer ses documents);
  • s’assurer de lui apporter l’aide nécessaire pour accéder à l’immeuble ou à la salle de rencontre (par exemple, si l’entrée est enneigée, si les portes n’ouvrent pas automatiquement ou s’il y a présence d’un danger quelconque pour sa sécurité);
  • l’informer de l’endroit où se trouvent les salles de toilettes accessibles;
  • éviter de la surprotéger.

Vers le haut

Attribution des places

  • réserver :
    • des places accessibles qui font face à la présentatrice ou au présentateur pour la personne en fauteuil roulant;
    • de l’espace suffisant pour que le chien d’assistance demeure avec elle;
  • respecter le fait qu’une personne souhaite choisir elle-même la place où elle désire s’asseoir.

Vers le haut

Lorsque la personne prend la parole

  • lui donner le temps de s’exprimer, sans l’interrompre;
  • prendre le temps de se familiariser avec la façon dont elle s’exprime;
  • être attentif aux gestes qu’elle effectue pour se faire comprendre;
  • vérifier si vous avez bien compris ce qu’elle exprime en lui posant des questions auxquelles elle peut répondre par « oui » ou « non ».

Vers le haut

La personne utilise un fauteuil roulant

  • respecter son espace personnel;
  • éviter de se pencher sur elle;
  • s’abstenir de s’appuyer sur son fauteuil roulant;
  • sauf en cas d’urgence, ne pas toucher ou déplacer son fauteuil roulant sans en avoir reçu, au préalable, son autorisation.

Si une personne vous autorise à déplacer son fauteuil roulant :

  • attendre et suivre ses consignes;
  • vérifier votre compréhension sur les consignes en lui posant des questions et en lui demandant de répéter au besoin;
  • s’assurer qu’elle est prête avant de déplacer son fauteuil;
  • lui décrire à l’avance ce que vous allez faire;
  • éviter les surfaces inégales et les endroits où de multiples objets sont à contourner;
  • veiller à ne pas la laisser dans une position gênante, dangereuse ou indigne (par exemple, face à un mur ou dans le passage près de portes qui s’ouvrent).

Vers le haut

La personne utilise un tableau de communication

  • vous placer à côté d’elle pour voir son message sur le tableau de communication;
  • lire, sur le tableau, l’information indiquant comment elle communique;
  • poser une seule question à la fois;
  • favoriser des questions auxquelles elle peut répondre par « oui » ou « non »;
  • si elle ne répond pas, vérifier si elle a compris;
  • au besoin, reposer la question ou formuler autrement;
  • lire à voix haute le message qui vous est transmis tout en demeurant discret;
  • lui demander de reformuler sa réponse au besoin.

Attention!

Une image sur un tableau de communication traduit souvent de façon incomplète l’idée ou le message de la personne. Une vigilance est nécessaire de la part de l’interlocutrice ou de l’interlocuteur. Des efforts supplémentaires pour comprendre les propos de la personne peuvent être requis.

Vers le haut

Présence d’une accompagnatrice ou d’un accompagnateur

  • considérer l’accompagnatrice ou l’accompagnateur comme une personne-ressource et non comme une participante ou un participant;
  • s’adresser à elle et non à l’accompagnatrice ou à l’accompagnateur;
  • utiliser, comme dernier recours seulement, l’aide de l’accompagnatrice ou de l’accompagnateur pour comprendre ou être compris;
  • s’assurer que la conversation ne lui échappe pas si le recours à l’aide de l’accompagnatrice ou de l’accompagnateur s’est avéré nécessaire.

Savez-vous que?

Une accompagnatrice ou un accompagnateur peut être un parent, un membre de la famille ou toute personne désignée par la personne ayant une incapacité, quelle que soit la source de celle-ci.

L'accompagnatrice ou l'accompagnateur peut aider la personne à s'exprimer, à comprendre les situations et les messages, à se déplacer ou à réaliser des activités diverses comme effectuer des achats.

Un parent ou un membre de la famille peut donc être présent peu importe l’âge de la personne ayant une incapacité motrice. Cela ne signifie pas nécessairement qu'elle ne peut se représenter.

Vers le haut

La personne a recours à un chien d’assistance

  • éviter de saluer le chien d’assistance;
  • s’abstenir de s’adresser au chien d’assistance, de le nourrir ou de le toucher pour ne pas le distraire de son travail;
  • ne rien présumer à propos de l’animal; les chiens d’assistance ne portent pas tous un collier ou un harnais spécial. En cas de doute, vérifier auprès d’elle;
  • se rappeler qu’elle est responsable du comportement et du contrôle de l’animal;
  • lui offrir de l’amener dans un endroit où le chien d’assistance pourra demeurer avec elle et circuler aisément;
  • éviter de la questionner sur le chien d’assistance et de commenter inutilement sur cette question en dehors des besoins liés au service.

Vers le haut

 

Mise à jour : 9 avril 2019

Office des personnes handicapées du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2017 Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.