Besoin d'aide ? 1 800 567-1465
Aller au contenu Aller au menu principal Office des personnes handicapées du Québec.

Personne ayant une incapacité de la parole et du langage

Comprendre l’incapacité

Définitions

Incapacité de la parole et du langage

La parole se définit comme étant l’aptitude à produire des sons, qu’ils soient soutenus ou successifs, de telle sorte qu’ils constituent une chaîne articulée distincte et modulée.

Lorsqu’une personne éprouve de la difficulté à prononcer, à articuler ou à utiliser sa voix, on parle d’une incapacité de la parole. Parmi les difficultés et les troubles liés à la parole, on note, entre autres, la dysarthrie et le bégaiement.

Par ailleurs, lorsqu’une personne éprouve de la difficulté à utiliser (difficulté d’expression) ou à comprendre (difficulté de compréhension) les sons, les mots, les phrases, le discours ou encore les règles sociales de la communication, on parle alors d’une incapacité du langage.

Une incapacité de la parole et une incapacité du langage peuvent coexister chez une même personne.

Par ailleurs, les incapacités concernant la parole ou le langage peuvent être liées à une autre incapacité (motrice ou intellectuelle), ou être isolées comme dans le cas de l'aphasie et de la dysphasie.

Parmi les difficultés et les troubles liés au langage, on note, entre autres, l’aphasie, la dysphasie et la dyslexie. Cette section porte principalement sur l’aphasie ainsi que sur la dysphasie et comporte quelques indications sur la dyslexie.

La dyslexie

La dyslexie est un trouble spécifique d’apprentissage de la lecture. Elle se caractérise par la difficulté à bien identifier les mots écrits et à bien les orthographier. Il s’agit d’un trouble permanent lié à une déficience neurologique et d’origine génétique.

Les personnes dyslexiques ou ayant tout autre trouble d’apprentissage ne sont pas toutes des personnes handicapées. Pour être reconnue comme une personne handicapée au sens de la Loi, la personne doit présenter une incapacité significative et persistante et être sujette à rencontrer des obstacles qui peuvent empêcher ou limiter la réalisation de ses activités courantes. La reconnaissance se fait sur une base individuelle plutôt que sur la base d’une catégorie.

L’aphasie

L’aphasie est  une incapacité sur le plan du langage à laquelle s’ajoutent souvent des difficultés de parole. Elle entraîne des perturbations tant dans l’expression que dans la compréhension du langage. Plusieurs façons de communiquer peuvent être touchées : l’expression verbale, la lecture, l’écriture, etc.

L’aphasie est un trouble acquis du langage, c’est-à-dire qu’elle survient chez une personne qui auparavant avait un langage normal. Elle est d’origine neurologique et se manifeste, entre autres, à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

Attention!

Les difficultés à s’exprimer et à comprendre occasionnées par l’aphasie sont des manifestations d’une incapacité du langage et ne signifient pas que la santé mentale de la personne est atteinte ou qu’il y a une détérioration de son intelligence. Peu importe la sévérité, la personne aphasique devrait être accueillie et servie comme toute autre personne, et ses capacités intellectuelles ne devraient pas être sous-estimées.

En connaître davantage sur l’aphasie :

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.

Le trouble développemental du langage (TDL)

Les incapacités de la parole et du langage peuvent être liées à d’autres incapacités. Lorsque ce n’est pas le cas, on parle de « trouble développemental du langage » anciennement connu sous l’appellation « dysphasie » ou « trouble primaire du langage ». Le TDL est un trouble congénital, c’est-à-dire que la personne naît avec une incapacité.

Le TDL peut affecter l’expression uniquement (sphère expressive) ou l’expression et la compréhension (sphère expressive et réceptive).

La description de cette incapacité représente une difficulté, car divers profils peuvent être observés chez les personnes. Les incapacités peuvent se situer à des niveaux linguistiques différents (sons, phrases, mots, discours et règles sociales de la communication) et à un degré plus ou moins sévère.

En connaître davantage sur le TDL :

Regroupement langage QuébecCe contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.

Vers le haut

Mots appropriés à employer

Des termes présentant une image négative des personnes handicapées ont été remplacés par ceux qui traduisent mieux leur réalité. C’est ainsi que l’usage de l’expression « personne handicapée » au lieu de « déficient », « handicapé », « malade », « invalide », « infirme » etc., a marqué une étape dans l’évolution des mentalités. 

L’utilisation du mot « personne » suggère de considérer d’abord et avant tout l’individu avec toutes les caractéristiques (sexe, âge, intérêts, etc.) qui le composent. Son type d’incapacité n’est qu’une de ses caractéristiques. Par conséquent, on parlera de « personne aphasique ou avec un TDL » ou de « personne ayant une incapacité de la parole et du langage ». Par ailleurs, l’expression « personne ayant une incapacité liée à l'aphasie ou à un TDL » est aussi appropriée.

Attention!

Dans le réseau de la santé et des services sociaux ainsi que celui de l’éducation,  les termes « déficience du langage » ou « trouble du langage » sont utilisés par les ressources professionnelles et font référence à un diagnostic. Par conséquent, il est possible de voir ces appellations dans certains rapports spécialisés.

Vers le haut

Personne ayant une incapacité de la parole et du langage

 Comprendre l’incapacité

Accueillir et servir la personne

 

Mise à jour : 8 mai 2019

Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2019 Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.